AccueilAccueil  BottinBottin  Pré-liensPré-liens  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
C'est enfin la rentrée !

Partagez | 
 

 (scangie) it's raining again.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Scar Byers
he dreamed of paradise. ☼
avatar

Messages : 60

Feuille de personnage
Relationships:

MessageSujet: (scangie) it's raining again.   Mar 22 Aoû - 14:29



(scangie)
it's raining again.

La sensation du vent filant le long de son casque rafraichissait un peu sa tête lourde de soucis. Aujourd’hui était un de ces jours sans fin où il avait commencé sa journée à l’aube, aidant en cuisine, avant de passer la journée à livrer aux quatre coins de la ville. Il devait être dix-huit heures à peine et sa tournée venait à peine de commencer. Inlassablement, comme il pouvait le faire au sein de ses bassins, il traversait Galsden en passant devant les rangées de palmiers, symboles de la ville lumière. Le soleil était encore haut, c’était seulement la fin de l’été, mais quelque chose mourrait un peu derrière leurs feuilles rougies par les rayons de l’astre du jour. Ce soir, Scar passerait la nuit avec l’odeur des pizzas brûlantes venant chatouiller ses narines. Il repartirait dans la nuit avec la sienne, reste des invendues, à moitié tiède, qu’il ferait réchauffer sans bruit dans le micro-ondes des Byers en espérant n’en réveiller aucun. C’était ce à quoi se résumait sa vie ces derniers temps, l’air de rien, il se demandait s’il n’avait pas hâte que les cours reprennent. L’été l’abandonnait toujours à ses boulots interminables qu’il avait appris à détester. Les pizzas le dégoûtaient tant désormais que leur simple odeur suffisait à lui donner mal au coeur, son scooter rouillait et rachetait un peu parfois le long d’un détour trop raide, ses lèvres le brûlaient à chaque fois qu’il devait réexpliquer un exercice à un de ses élèves. C’était une lassitude qu’il ne pouvait apaiser que par la nage, pas plus extraordinaire que cela pourtant, même devenue systématique mais unique habitude qu’il ne détesterait jamais. Ainsi, lorsque le poids du monde manquait de faire s’écrouler ses épaules, lorsqu’il se mettait soudainement à haleter seul le soir en songeant à toutes les responsabilités qui n’attendaient qu’une faiblesse de sa part pour lui tomber dessus, quand il fermait les yeux pour ne pas voir la pâleur de sa mère à chaque fois qu’elle recevait une lettre de la banque, il plongeait et oubliait tout.



Bientôt il se transformerait en automate à force d’effectuer toujours les mêmes tâches. Malgré sa froideur apparente, c’était ce qui lui faisait le plus peur lorsqu’il y songeait sérieusement, ne plus savoir vivre, ne plus rien ressentir. Il avait tant pris l’habitude de s’enfermer qu’il manquait peut-être quelque chose, au fond. Cet éclat de magie qui motivait chaque homme, ce dessein qui leur permettait de se lever le matin, ce baume au coeur qui les aidait à s’endormir le soir. Pour lui, c’était son rêve. Celui de partir d’ici, de se construire une vie, de devenir un véritable sportif. Mais s’il échouait ? Il n’osait même pas y songer et n’en eut d’ailleurs pas l’occasion car sans faire attention, la roue avant de son scooter grinçant plongea dans une flaque restante de la nuit passée, éclaboussant de plein fouet la jeune fille qui passait là, à ce moment. Scar alla pour continuer sa route, déjà en retard. Mais la brève image de cette chevelure quasi ivoire le piqua au vif et il fit immédiatement demi-tour. Ce n’était pas le genre de couleur ordinaire qu’il avait pu apercevoir partout et il s’en souvenait parfaitement parce qu’à l’époque déjà, il l’avait relevé. La première fois, c’était déjà dans un de ces bureaux lugubres où il détestait se rendre. C’était le monde infernal des banques. « Mademoiselle Waterford ! » S’écria-t-il en descendant de son scooter, se débarrassant immédiatement de son casque d’un air catastrophé. « C’est bien vous… » Fit-il en ouvrant grand la bouche. Il fouilla dans sa poche pour en sortir un maigre mouchoir, secouant vivement la tête en se traitant intérieurement de tous les noms. Ce genre de chose, ça n’arrivait qu’à lui. « Je suis tellement, tellement, tellement désolé… Je n’avais pas vu la flaque… Je… » Le grand muet se confondait en paroles et en excuses. De toutes les personnes au monde dont il aurait pu tâcher le bel uniforme, il fallait que ce soit celui de la fille de son banquier, la si douce Angie Waterford.

_________________

( 'flying through a bright blue sky, a space boy high from the world i leave behind. it's enough to lose my head, disappear and not be seen again. when I fall to my feet, wearin' my heart on my sleeve, all i see just don't make sense. )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angie Waterford

avatar

Messages : 511

Feuille de personnage
Relationships:

MessageSujet: Re: (scangie) it's raining again.   Jeu 24 Aoû - 0:42

Elle a l'esprit dans les étoiles, comme à son habitude. Deux oreillettes lient son ipod à ses oreilles; un pur bonheur. Ce dimanche, Angie a passé la matinée au coeur d'un vide grenier. Oh non, c'est pas vraiment son monde, c'est certain. Mais en se levant, elle a repensé à l'annonce de sa mère, bientôt elle tournerait un film dans les décors de la ville d'Amsterdam. Elle l'envie. Ca parait puérile comme idée; une enfant qui envie sa mère. Pourtant, madame Waterford voyage, sans arrêt. Angie aimerait elle aussi bien voyager, un jour dans sa vie, voyager sans jamais s'arrêter. Sa mère dit qu'elle pourrait devenir une grande chanteuse, qu'elle pourrait faire des tournées à travers le monde. Angie n'y croit pas vraiment, et Angie sait que son père lui prévoit une jolie carrière dans la banque. Elle croit que son incapacité à suivre son père va au-delà de son bon vouloir, c'est aussi une question de capacité elle le croit. Elle ne méprise pas ce que fait son père. De tout de façon, elle ne méprise jamais rien. C'est vrai, quand elle vient à la banque, ça lui parait difficile, de devoir se montrer impitoyable avec des familles qui elles galèrent. Il faut des hommes (et femmes) impitoyables dans ce monde. Ce serait le chaos sans eux. C'est ce que son père dit, et elle y croit. Elle n'est pas impitoyable Angie. Elle n'est encore qu'une petite fille, c'est vrai mais il faut essayer d'imaginer le tableau dans tout son ensemble. Une jeune blonde, impitoyable, bègue. C'est évident que quelque chose tourne de travers dans cette perspective. Elle se demande si son père le sait déjà, ou s'il pense réellement qu'elle peut passer outre son bégaiement, ou outre sa douceur; l'un ou l'autre ne la quitte jamais vraiment. C'est impensable de l'imaginer dans un bureau, à regarder froidement des misérables pleurer. Elle pense rarement à l'avenir Angie. Elle sait que papa, maman ont tout l'argent dont elle pourrait avoir besoin, alors elle ne se pose pas vraiment de questions. Elle ne sait pas ce qu'elle fera après le lycée, et ça ne l'inquiète pas autant que ça ne le devrait.

Elle est sur le chemin pour rentrer chez elle. Bel oiseau fredonne en escaladant le trottoir. Elle fait pas attention à ce qui l'entoure. Elle fait pas attention au scooter qui arrive, comme elle ne fait pas attention à la flaque sur laquelle il va rapidement rouler. Elle pousse un léger cri de surprise quand elle est éclaboussée; ce n'est rien qu'un sursaut. Elle ramasse l'ipod tombé sur le goudron. Elle fronce un peu les sourcils en écoutant les excuses bafouillantes du garçon. Contrairement à lui, elle se souvient pas de son nom, elle sait seulement qu'elle a déjà vu à la banque de son père en compagnie de sa mère à lui, et dans une des situations des plus délicates. Elle se sent un peu mal à l'aise. Ca lui parait normal de s'excuser, mais pas de cette manière. Elle a l'impression qu'elle tient un couteau sous sa gorge, et qu'il la supplie de ne pas l’égorger avec. Elle a vraiment rien du modèle impitoyable que représente son père. « Angie. » En dehors du milieu de travail de son père, elle n'est pas la fille d'un banquier. Elle n'est pas mademoiselle Waterford. Elle n'est qu'un ange. « J'm'ap-p-pel- Angie. » On l'a jamais regardée comme ce garçon la regarde. On la regarde parfois curieusement, on le regarde avec pitié, on la regarde avec amitié et gentillesse. Mais jamais on la regarde avec cette peur qu'elle ne comprend pas. « C'n-n'est qu-que d'leau... » Elle se demande ce que ça fait; avoir peur de ce qu'une jeune fille pourrait dire à son père, et se rendre compte que cette jeune fille-là est une attardée, handicapée, pas douée de parole. Elle ne sait pas si ça le rassure, ou si c'est pire. Angie se fiche de ce qu'on peu penser, ça fait depuis longtemps qu'elle est une bête curieuse, depuis longtemps qu'elle se tâche avec innocence d'oublier qu'elle en est une. « Et j-j'n'ai-pas p-p-p-peu-eur d'leau. » Elle a un visage d'enfant Angie. Il y a des adolescents de dix-sept ans qui paraissent bien plus adulte qu'elle. Mais elle elle a toujours un visage de petite fille, et son bégaiement perpétuel ne l'aide pas à grandir. « Al-lo-lors, ça va. » Parce que le contraire serait ridicule. Elle est née, et a grandi dans un univers où elle est princesse adorée. Mais ça ne l'a pas rendue froide, ou méprisante. Elle se rapproche du garçon avec un sourire hésitant, doux sourire. « Et v-v-vous, ça-a va? » Elle ne parle pas de sa mère, elle ne parle pas de ses problèmes financiers, elle ne parle de rien mais c'est inquiétant de le voir paniquer ainsi. Et être au centre de cette panique l'inquiète encore davantage. S'il y a bien quelqu'un dont il ne faut pas avoir peur, c'est bien de l'ange terrestre.

_________________

( et les gens ne comprennent pas. qu'on le supporte. que je me mouche dans tes bras. sois ma carotte. prendre la peine de s'abîmer. faire des scènes au lieu d'aimer et faire l'amour par dégoût du dégât. )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
(scangie) it's raining again.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vampires Suck ! (V.F : Mords moi sans hésitation!)
» [Caffeine Addicts]raining day p5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ALT ER LOVE :: WHENEVER, WHEREVER :: FLASH BACK :: été-
Sauter vers: