AccueilAccueil  BottinBottin  Pré-liensPré-liens  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
C'est enfin la rentrée !

Partagez | 
 

 not again (lydia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Lydia Scorier

avatar

Messages : 23

Feuille de personnage
Relationships:

MessageSujet: not again (lydia)   Sam 19 Aoû - 19:33

Lydia Connasse Scorier
lolita by night
patronyme Scorier ; c'est belge, ça vient de papa, c'est un peu classe à porter. Car papa écrit des tas de livres, car Papa c'est ce diplomate dans le vent avec ses costumes très chers. Mas pas pour Lydia, pour Lydia ça veut rien ce nom - car ce n'est qu'un ambassadeur. Puis ça porte pas encore sa propre grandeur à elle, car ça n'a pas son parfum. On le prononce toujours mal, les américains bâclent les r, écorches le sc qu'elle sait si bien faire sonner. Puis même, ils galèrent tous à l'écrire, des lettres qui sont passées à la trappe ou bien voient des copines se rajouter. Et même si c'est celui de papa, quand on se trompe Lydia elle frappe la table du poing, oublie ses manières de princesse. [Sco-ri-er], and fuck you.  ▪️ surnom(s) Pas gentils ; généralement, même quand ils viennent de la famille. Papa dit dans son dos que c'est une dictatrice en devenir, car madame est injuste quand ça l'arrange, sa mère a toujours été encline à dire Princesse pète-sec pour sa rigidité ridicule. Le petit frère lui il ose rien dire, car il a pas envie de se retrouver avec un épais livre d'histoire dans la face. Les amis généralement ils ne disent rien - elle n'en a pas vraiment. Les vagues connaissances ne sont pas assez proches pour se faire une idée. Et elle-même, elle dit quoi ? Lydia c'est suffisant.  ▪️ age, date et lieu de naissance Belgique, quatorze février, dix-sept ans. Le pays où papa et mère se sont rencontrés, où ils ont commencé par se détester puis par se marier - sans jamais réellement se départir de cette haine burlesque, de cette inimité intime. C'est aussi là où elle a fait ses premiers pas, s'est écorché ses genoux avant de se jurer de ne plus jamais courir ni de faire la folle. C'est là aussi qu'elle est devenue de moins en moins gamine, de plus en plus rigide. (Des raisons inconnues, déraison inconnue) origines et nationalité C'est évident, belge pour la nationalité. Si papa ne vient pas d'ailleurs que ce pays-là, la mère est américaine. Peut être cubaine aussi par son grand-père, peut être d'un peu partout. Elle n'en sait rien elle-même, un peu perdu en tout temps - le sang vient de partout, les terres du monde entier ont été parcourus par les femmes et les hommes de son côté, alors peut être bien qu'avec eux ils ont tout emporté.  ▪️ statut civil Solitaire ; rien de tout ça n'est fait pour elle. Dans sa petite tête organisée, faut être seule pour avancer. Alors le cœur, même si esseulé, même si follement désireux de la moindre récréation, faut pas y céder. Et ça la fait regarder les couples avec amertume, ça la rend un peu en colère - Lydia voudrait que tout le monde s'arrête de s'aimer et qu'on travaille tous un peu plus.  ▪️ orientation sexuelle L'inexplorée, mais madame autoritaire se dit aimer les hommes, mais pas ceux comme son père. Ceux-là elle les méprise avec leurs beaux costumes, ce sourire à la noix et les bonnes manières si facilement transgressées. Lydia elle veut simplement l'intellect, la rigidité - elle en garçon. Les filles ça n'a jamais été tenté, ça l'a peut être tentée. On ne sait pas - parfois son coeur se surprend à battre un peu fort quand elle se penche sur le parfum boisé de la fille devant elle en italien. (Ne cueillez pas son cœur) ▪️ emploi et/ou études et lycée La demie honte ; elle aurait espéré mieux, un peu plus que celui-là, plus de gloire pour la personne merveilleuse qu'elle est déjà. Mais rigidité ne rejoint pas forcément l'excellence, et la plume assurée qu'elle dégaine ne la rend pas plus érudite qu'exacte dans ce qui est dit. C'est Saint-Henri alors, Saint-Henri qui est bien joli mais pas assez pour elle. Ici ça ne prouve que l'argent - et elle a bien plus que tout ça. Lydia n'est pas comme les autres, on veut convaincre. Mais c'est un peu faux, ce n'est qu'une énième enfant de riche qui hurle plus fort que les autres, qui oublie de dire merci après un service rendu. Même si elle l'aime le latin, le grec ancien et l'histoire des religions, ça ne change rien. (Rien n'est assez bien pour elle.) situation financière Le luxe ; ça achète sans se soucier, ça dépense comme ça respire. Lydia calme sa colère en déchirant du Chanel, en usant les boots signées Slimane payés 1000 balles contre les bords des trottoirs, papa achète du champagne, maman des maisons. Tout le monde sacrifie, tout le monde brûle car ça n'a pas d'importance, car les caisses sont larges et qu'on peut encore y saisir des poignées entières - c'est pas pour autant que la gamine laisse des pourboires, pas pour autant qu'elle n'aimerait pas que la vie soit encore moins chère pour elle. (Pas comme ça qu'on reste riche) ▪️ rapports familiaux Sordide ; ça ne parle jamais aux repas, même du temps on ne discute pas. Car Lydia est un cerbère des mots, madame à plusieurs têtes qui est prête à réprimander le premier qui en utilise un de travers, qui a une phrase bancale ou encore qui se risque sur un sujet où elle se juge experte. Alors la mère ne la regarde que très peu, soupire souvent quand sa fille arrive, se laisse déborder par une indifférence mille fois travaillée. Papa s'amuse un peu de son insolence, se laisse un peu faire par ses moments de colère. Le petit frère lui ne dit rien, mais il aime beaucoup sa sœur. Elle fait rien pour, pourtant. (Les chiens de faïence) ▪️ traits de caractère Mégardes ; mademoiselle est pugnace, insolente, esseulée, vacharde, vexante, peste, n'aide personne, facilement flattée, intransigeante, bornée, malchanceuse, malhabile, fatiguée à chaque instant, injuste, jugeante, peu réfléchie, colérique. ▪️ caractéristiques physiques Délicieuse ; mademoiselle est frêle, mademoiselle charge son visage de douces couleurs en été, et de plus lourdes quand revient l'école. La fourrure c'est son amant, ça se glisse sur son corps quatre-vingt fois par années, les costumes d'hommes sont enfilés un peu plus souvent. Frêle parce entretenu par défaut, parce que son rapport au poids est aussi triste que ses nuits face aux livres. ▪️ avatars, crédits ella purnell, tumblr.
Who's gonna rock you when the sun won't let you sleep? ♡

[des phrases balancées] Elle parle avec autorité la petite fille, et ce à tout le monde. Jamais Lydia ne se gêne pour être acerbe et injuste en tout instant, même quand c'est la veille de Noël, un enterrement ou bien la douceur d'un après-midi. "J'ai dit huit fois, et même vingt fois que ce n'est pas comme ça qu'on s'y prend. Là, tu te comportes juste comme un sauvage - tu déchires pas comme ça un papier cadeau. Généralement faut avoir du respect, et éviter de se jeter dessus comme un affamé : on va finir par croire que t'as été élevé avec les cochons même si t'es sans doute ça au final. Et au fait, si jamais tu fais ça devant des gens que je connais de près ou de loin, et si on me demande si tu es mon frère, je serais très heureuse de nier tout lien de parenté. Je préfère être seule qu'avec un mal élevé comme toi." Le petit frère en supporte des vertes et des pas mures, et se contente de baisser le regard quand la petite brune est odieuse, et si fière de ses bonnes manières. On ne sait pas vraiment où elle est allée les chercher, mais elles sont bien présentes. "Mais ça va pas la tête ? Je viens pas avec vous si tu sors comme ça - tu es allée la chercher où cette robe, dans un dépôt-vente ? Ce n'est pas parce qu'on va à un enterrement qu'il faut ressembler à un vieux morceau de chiffon. De toute façon c'est pas comme si quelqu'un allait te regarder, on sait tous bien que tu as passé l'âge mais... Moi on me regarde, et j'ai pas envie qu'on croit que je vais finir comme toi quand j'aurais passé la quarantaine. Donc pour le bien de cette famille, tu vas aller te changer. Je te prêterais bien une des miennes, mais je tiens à ne pas offenser tout ce qui est Couture." Sa mère aussi en bave et regrette tous les dimanches et les jeudis de lui avoir donné naissance. Mais avec elle c'est aussi une bataille de regards et de soupirs - on ne sait pas vraiment ce que Lydia veut lui faire payer. Mais à son père, elle ne dit rien. Pas par respect, mais par une grande dose de mépris tant elle n'a rien à lui dire. Rien à mettre en avant pour le faire rougir de honte non plus. Elle hait sa famille, rêve d'en être enfin débarrassée. Si elle était moins rationnelle et un peu plus folle ça ferait longtemps qu'elle mettrait autre chose que du Miss Dior dans le café de son père le matin, autre chose qui ne change pas que le goût. Mais au lieu de ça il lui semble plus simple de leur faire payer tout ce qu'ils ont à voir avec elle.

[le corps] C'est triste que ce soit si basique, c'est triste qu'on se dise que c'est une fille de plus qui en est affublée. Ca n'a pas commencé avec les magasines - on pense à tort que c'est ça qui brouille les esprits en développement, entrave les petits corps encore adolescents et parfois enfants. C'est pas son cas à la jolie Lydia, ce n'est pas vraiment par soucis d'esthétisme - l'esthétisme on en mange bien assez par les vêtements et les beaux meubles pour le reporter encore à un autre domaine. Onze ans ça s'est déclaré avec une certaine douceur, l'habitude lui est tombée dessus pas à pas, trop lentement pour que ça effraie qui que ce soit, pour qu'on le remarque du premier coup d'œil. Ni au second d'ailleurs. Le problème ne s'est pas passé devant le miroir, mais devant l'assiette au milieu des autres de son âge. Lydia n'aime pas les autres, mais elle n'aime pas non plus être ignorée par eux et sait qu'elle est rejetée pour ses méchantes paroles, pour ses velléités autoritaires auquel on ne se soumet jamais. Alors la petite fille de onze ans a arrêté de venir le midi se joindre aux camarades, réprimant une faim dans les épais livres d'histoire qu'elle est toujours si fière d'avoir. Et avec les années, c'est le repas du soir qui a été réduit au minimum possible et n'est que picoré d'une fourchette lasse. Il lui est aussi devenu impossible de manger autour d'ennemis auto-proclamés : sa famille. C'est vraiment bête, mais ils la bloquent avec leurs inimités respectives, avec celles qu'elle alimente en tout temps. Que quand elle est seule qu'il lui est possible de manger, que le soir quand elle descend dans les cuisines de la grande maison pour grignoter ce qu'elle trouve. C'est comme ça que son corps tient, il se ressource dans les moments de solitude qu'elle s'impose, dans l'intimité qu'elle a bâtit autour de la nourriture.

[napoléon] Les livres d'histoire tant chéris sont ceux qui lui ont apporté cette révélation en une illustration, et un morceau d'un tableau de David. C'est le regard qui l'a frappé de plein fouet, les mêmes prunelles qu'elle. Enfin peut être pas de forme, mais c'est la profondeur qu'elle a surprise, débusquée sur une toile transcrite en papier glacé. Depuis ce jour où ses mains ont tremblé sur les pages, enfin Lydia s'est sentie entière. Vraie, complète et comprise par une figure inanimée qui est morte depuis longtemps. Elle s'est mise à chercher les similitudes, à faire les parallèles entre l'empereur et elle. Ceux-là sont bancals, car sa rage de vaincre et de conquérir n'a pas été incitée et poussée par un frère plus dégourdi. Elle n'est pas tombée amoureuse d'une prostituée à l'âge de dix-sept ans - ou peut être bien que si, il lui reste encore du temps. Mais à ses yeux c'est bien assez pour s'offrir des lettres de noblesse, pour soutenir ses envies qui sont si incongrues dans la tête d'une petite fille. L'été suivant Lydia s'en est allée jusqu'en Corse, sentir les effluves d'un homme parti depuis longtemps, a scruté derrière ses lunettes noires tout ce qu'elle a bien pu trouver en rapport avec sa future destinée, cherché des signes de sa réussite dans une fleur tordue, dans le vert des appartements de l'Empereur. Et elle aussi, elle est allée jusqu'en Russie. Ce n'est qu'une fois à Saint-Pétersbourg qu'elle a bien été heureuse à sa terrasse de café avec son livre d'histoire préféré depuis ce jour saint. Ces terres froides ne l'ont pas mises dehors avec défaite, et ça l'a fait sourire mille fois. Puis, dans un des hôtels de cette ville la petite fille de seize ans s'est demandée à quoi ressemblerait son exil. Ou peut être que c'est aujourd'hui, peut être bien que c'est pour ça qu'elle se sent si seule. Alors, faites que ses cent jours durent aussi longtemps qu'ils le peuvent, car Lydia est prête à être mère de bien des miracles.

[les hommes] Et puis comment on fait avec eux ? On fait quoi sous la couette ? Lydia ne sait pas trop, reste floue sur les maigres connaissances que ses lectures parfois défendues lui apportent, sur les quelques séries qui offrent un peu plus qu'un baiser échangé ; la petite fille est incertaine. A dix-sept ans faudrait bien commencer à savoir, mais faut dire que personne ne s'est jamais risqué à l'embrasser. On peut comprendre, car faudrait être fou pour avoir envie de l'embrasser, faudrait être cinglé pour rêver de la coucher entre les draps. Elle est trop méchante, pas assez douce, trop froide pour qu'on se surprenne à avoir une once de désir pour elle. Mais Lydia reste curieuse comme tout le monde, se demande souvent comment ça devrait se passer si la situation serait assez tordue et décousue pour qu'elle finisse entre les bras de quelqu'un. Comment serait-elle ? Ses joues seraient-elles rouges ou bien blanches comme si souvent ? Ses baisers fébriles et brûlants, ou teintés de désintérêts et de gestes rouillés ? Saurait-elle être divine comme de rares vierges qui trouvent leur naissance et les fantasmes qu'elles inspirent dans les pages des ouvrages ? Ca lui arrive d'en rêver et d'imaginer, de se perdre dans les détails sordides et plaisants. Mais jamais d'essayer - ou peut être une fois à une soirée. Elle l'avait laissé croire, avait soupiré des lèvres sur son cou blanc offert, des mains intrusives sur sa jupe à sequin. Et sans un mot de plus elle s'est enfuie, le corps battant, et l'envie de se cogner la tête contre le mur. C'est pas fait pour moi, c'est pas fait pour moi. Non, pas du tout - c'est faux, pas du tout.

   

[dama, l'inconnue qui est elle] Elle est pas sa fille, à la mère et au père. C'est la pièce rapportée qui s'ignore, qui pense reconnaître dans ses propres traits ceux de sa mère, de son père - et au final, seules de maigres ressemblances ont été trouvées. Un jeune couple dévasté par une fausse couche et qui se tourne enfin vers une manière qui leur donne l'impression de faire autant une bonne action que de se soigner le coeur. Une petite fille, petite adorable, petit bébé qui a de si grands yeux qu'on pense voir le monde dedans. Mais la petite fille a grandit odieuse, se sentant incomplète à chaque instant, délestée d'une partie d'elle-même. Peut être que Napoléon est tant aimé car elle se raccroche à quelqu'un - mais peut être que c'est inutile. Peut être que quand elle posera ses yeux sur l'autre elle-même avec les cheveux pareils et l'allure de petite princesse que tout ira mieux. On sait pas, peut être que ça se passera comme ça. C'est triste l'histoire de deux bébés séparés à la naissance - ça aurait été plus simple qu'ils prennent les deux.

   

[la musique] C'est avec ça qu'elle se réveille, qu'elle s'endort et se prépare : le silence est évité au profit des millions de notes et des voix d'il y a quelques années - mademoiselle écoute souvent du vintage. C'est une musique dramatique qui est mise quand elle marche, se sent plus majestueuse avec des tambours et des notes graves sur le son de ses hauts talons. Du Hardy quand elle ferme les yeux car c'est parfois triste à en pleurer et ça lui fait beaucoup de bien. [le golf] Le sport péteux par excellence, mais aussi l'occasion d'enfiler sa jupe courte à carreau, joli morceau de tissu qui qui dégage trop de ses cuisses quand elle se positionne, fierté aussi quand ses mouvements assurés laissent bien peu de place à la défaite. Puis la main en visière et déjà son sourire de contente quand la balle part au loin. [l'alcool] On s'étonne pas que le premier verre a été sifflé à l'âge de treize ans quand on voit la manière dont le bar familial est achalandé, et aussi les multiples mois passés dans des hôtels sacrément magnifiques, qui laissent toujours des mignonnettes quelque part. Alors Lydia boit souvent, pour une journée particulièrement rude, parce qu'il pleut dehors ou parce que le film qu'elle regarde lui évoque les saveurs du vin. [les cigarettes] C'est drôle comme la première clope s'accompagne du premier verre, fou comme il est si facile d'en extraire une du paquet de papa et de la porter à ses lèvres. La première est vraiment dégueulasse, clairement immonde - la deuxième n'est pas en reste. Mais ses arguments ont plus de poids quand un verre est entre ses doigts et une cigarette portant le rouge de ses lèvres. Un peu plus autoritaire avec un bâton fumant. L'éthique meurt au profit de l'esthétisme. [les ambitions] mademoiselle veut être reine du monde depuis sa plus tendre enfance, grande et divine, impériale et magique. Une femme de pouvoir - voilà tout, bien qu'aucune faculté ne propose ce cursus. Et peut être bien qu'elle n'a aucune idée de comment devenir une femme de pouvoir, même si à ses yeux s'intéresser à la politique est essentielle.  
— i ain't me —:
 

_________________
Λυδία



Dernière édition par Lydia Scorier le Lun 21 Aoû - 14:00, édité 32 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angie Waterford

avatar

Messages : 511

Feuille de personnage
Relationships:

MessageSujet: Re: not again (lydia)   Sam 19 Aoû - 20:25

eve (j'me permets) j'adore tes créas, ça fait trop zizir de te voir ici ella est tentée par deux personnes, donc y'aura sûrement compétition je crois en tout cas, le perso promet du lourd, j'aime ça bienvenuuue

_________________

( et les gens ne comprennent pas. qu'on le supporte. que je me mouche dans tes bras. sois ma carotte. prendre la peine de s'abîmer. faire des scènes au lieu d'aimer et faire l'amour par dégoût du dégât. )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lydia Scorier

avatar

Messages : 23

Feuille de personnage
Relationships:

MessageSujet: Re: not again (lydia)   Sam 19 Aoû - 20:28

Awwww de même Laura (jme permets aussi héhé + tes créas je chiale dès que je les vois) Oh et mince pour la compétition, ça pue ça! Mais jvais me battre jusqu'au bout    
Merci boté <3333

_________________
Λυδία

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: not again (lydia)   Sam 19 Aoû - 20:56

bienvenue avec cette bôté
alors l'une d'entre elle a changé d'avatar, la seconde c'est par ici
bonne chance pour la compète
Revenir en haut Aller en bas
Lydia Scorier

avatar

Messages : 23

Feuille de personnage
Relationships:

MessageSujet: Re: not again (lydia)   Sam 19 Aoû - 20:58

Awww merci du renseignement boté

_________________
Λυδία

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue Sanders
who said i was an angel ☽
avatar

Messages : 524

Feuille de personnage
Relationships:

MessageSujet: Re: not again (lydia)   Sam 19 Aoû - 21:03

bienvenue, et bon courage pour ta fiche

_________________

write on me.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lydia Scorier

avatar

Messages : 23

Feuille de personnage
Relationships:

MessageSujet: Re: not again (lydia)   Sam 19 Aoû - 21:04

Merci boté
(Awww bb Lucky!!)
(' single, thanks god.' same ptdr)

_________________
Λυδία

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clem Park

avatar

Messages : 224

Feuille de personnage
Relationships:

MessageSujet: Re: not again (lydia)   Sam 19 Aoû - 21:23

owwrgg j'en veux plus et je veux savoir ce qu'il se passe avec napoleon aussi !!
bienvenueeeee

_________________
   
“if I could have him like this in my dreams every night of my life, I'd stake my entire life on dreams and be done with the rest.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lydia Scorier

avatar

Messages : 23

Feuille de personnage
Relationships:

MessageSujet: Re: not again (lydia)   Sam 19 Aoû - 21:23

DU SALE!!!!
Merci boté

_________________
Λυδία

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beni Goldman

avatar

Messages : 81

Feuille de personnage
Relationships:

MessageSujet: Re: not again (lydia)   Sam 19 Aoû - 21:58

cette meuf + un perso belge + st henri

je te sacrifie mon premier né quand tu veux mdr
bienvenue

(on aura un lien btw)

_________________
where all the boors lay sound and still, and all the pains you've tried to kill;
when you have said goodbye to grace,
then you are in the perfect place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lydia Scorier

avatar

Messages : 23

Feuille de personnage
Relationships:

MessageSujet: Re: not again (lydia)   Sam 19 Aoû - 22:18

Vas y maintenant alors, allonge-toi sur le divan boté
(Y a intérêt, sinon je chiale.....)
Merciiii

_________________
Λυδία



Dernière édition par Lydia Scorier le Dim 20 Aoû - 0:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Ashcroft

avatar

Messages : 177

Feuille de personnage
Relationships:

MessageSujet: Re: not again (lydia)   Sam 19 Aoû - 22:45

bienvenue ma jolie

_________________
Don't be afraid to catch feels
I know you ain't afraid about this
Baby I know you ain't scared to catch feels
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dylan Baelor
— stories only scars can tell.
avatar

Messages : 164

Feuille de personnage
Relationships:

MessageSujet: Re: not again (lydia)   Dim 20 Aoû - 0:03

Quelle beauté

Bienvenue à toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lydia Scorier

avatar

Messages : 23

Feuille de personnage
Relationships:

MessageSujet: Re: not again (lydia)   Dim 20 Aoû - 0:15

Merci à vous deux

_________________
Λυδία

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: not again (lydia)   Dim 20 Aoû - 11:13

ELLA
Ce personnage à l'air d'être une tuerie, j'en veux plus
Bienvenue.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: not again (lydia)   

Revenir en haut Aller en bas
 
not again (lydia)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ALT ER LOVE :: ONE CALL AWAY :: A BAD REPUTATION :: LUST FOR LIFE-
Sauter vers: