AccueilAccueil  BottinBottin  Pré-liensPré-liens  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
C'est enfin la rentrée !

Partagez | 
 

 from the top

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Clem Park

avatar

Messages : 224

Feuille de personnage
Relationships:

MessageSujet: from the top   Ven 18 Aoû - 22:34

Chaque fois qu’il pousse les portes du studio, les souvenirs reprennent vies. Il se voit, là, au milieu de la salle, à faire des entrechats du haut de ses six ans, plus heureux que jamais. Il se revoit, là, dans un coin de la salle, seul à la barre, parce qu’aucune fille ne veut danser avec lui, avec un monstre comme lui, plus grand que la normale à dix ans, bien trop grand. Il a quatorze ans à nouveau, et il essaye de convaincre sa professeur de ne pas fermer le studio, mais elle ne peut rien y faire. Question d’argent. Complicated stuff. Il s’en fichait, Clem. Il voulait simplement danser. Et elle lui a répondu qu’il pouvait continuer à le faire. Que les portes du studio resteraient toujours ouvertes. Ce studio, c’est son royaume. Son monde à lui.
Il tourne, lentement, sur lui-même, le temps de se calmer. Il déteste rater un pas. Il déteste foutre en l’air sa chorégraphie. Il y travaille depuis trop longtemps. Dans sa tête, puis sur papier, parce qu’il ne veut rien laisser au hasard. Il doit tout maîtriser, avant même de commencer à danser. Tout ça pour rien, probablement. Parce que ses chorégraphies sont des secrets. Ses secrets. Parce qu’il ne sera probablement jamais sur scène pour les montrer. Mais il s’en fiche. Il veut danser. Il danse. C’est tout ce qui importe. Il ne le fait pour personne d’autre que lui.
Il s’arrête, se met en cinquième position, en seconde, en restant sur ses pointes, et recommence, depuis le début.

_________________
   
“if I could have him like this in my dreams every night of my life, I'd stake my entire life on dreams and be done with the rest.”


Dernière édition par Clem Park le Lun 21 Aoû - 16:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kai Flowers
go where you feel the most alive
avatar

Messages : 271

Feuille de personnage
Relationships:

MessageSujet: Re: from the top   Ven 18 Aoû - 23:42

Kai est un mécanisme en mouvement infini. Chaque rouage n'a pas simplement pour fonction de tourner sans cesse, mais en a aussi et surtout le désir. Kai a faim de gestes et d'actions. Depuis qu'il est petit, il savoure chaque instant qu'il passe à dépenser son énergie dans des activités mobiles telles que le Basket, le BMX ou encore la danse. Son corps dévore l'effort et chaque perle de sueur qu'il balaye de son front n'est qu'un fragment des restes recrachés. Et certains jours comme celui-ci, il se retrouve privé de son plat favori : le dynamisme. On l'oblige à se terrer dans un engourdissement qu'il hait au plus haut point, alors il grignote comme il peut entre les repas qui s'éloignent à cause des aléas. (Inondation à la salle, qu'ils disent.) Le voilà avec son sac en bandoulière, cherchant refuge pour manger tranquille. Un coin où nul ne viendrait le déranger et l'empêcher de bouger, simplement, bouger, sans fin. Bouger pour exister, car Kai se sent libre à chaque fois que son cœur bat la chamade. Kai se sent vivre quand il cherche son souffle.

Et quand il croit trouver le coin parfait pour croquer dans l'un des fruits de ses passions, il tombe sur un autre Insatiable. Et il le rejoint dans la danse, recopiant ses pointes et arabesques, réminiscences des courts de ballet qu'il prenait enfant. Il le surprend au beau milieu de sa chorégraphie, la bouche pleine de sa passion à lui.  

_________________

|baby, i like your style

(abs for a while // sick
dsl si jmets 100 ans à rep)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clem Park

avatar

Messages : 224

Feuille de personnage
Relationships:

MessageSujet: Re: from the top   Sam 19 Aoû - 22:51

Il déteste se regarder danser. Il déteste ces larges miroirs qui couvrent les murs des studios. Il fermait toujours les yeux, pendant ses cours de classique. Il les ferme toujours, aujourd’hui. Parce qu’il se trouve terriblement gauche, et se voir n’arrange en rien les choses. Il préfère les fermer, se laisser porter par la musique, vivre sa chorégraphie. Il n’a pas besoin de se voir pour savoir qu’un de ses pas peut être améliorer. Qu’un de ses glissés est raté. Que sa première n’est pas assez arrondie. Il ressent ses erreurs. Il ressent ses mauvais placements. Il ressent ses mauvaises vibrations. Fermer les yeux. Laisser la musique l’emporter. Laisser la chorégraphie l’imprégner.
Et aujourd’hui, la musique ne le transcende pas. Ses mouvements ne sont pas parfaits. Peut-être que c’est lui. Peut-être que c’est la mauvaise chanson. Peut-être que c’est sa chorégraphie qui est mauvaise.
Il rouvre les yeux. Il sait qu’il n’est pas seul, dans ce bâtiment, que d’autres anciens habitués aiment venir ici et utiliser les vieux studios de danse. Quelques garçons aiment ramener leur conquête dans les vieux vestiaires. Fermer les yeux l’aident à faire le vide. Fermer les yeux l’aident à entrer dans son monde. Dans son espace. Danser est ce qu’il préfère le plus au monde. Danser seul.
Clem ne comprend pas vraiment ce qu’il se passe. Y a ce mec qu’il a déjà vu au lycée qui est en train de l’imiter. Y a ce type est en train de l’imiter et Clem ne sait pas vraiment pourquoi. Il le reconnaît, assez rapidement, c’est Kai Flowers. Kai Flowers. C’est ce gosse qui rit fort dans les couloirs. Peut-être qu’il a envie de rire, peut-être qu’il est en train de se moquer de lui. Il ne sait pas. Clem ne comprend absolument rien. Il le regarde comme si Kai Flowers venait de violer son intimité. Ce qu’il vient probablement de faire. - Euh … T’as besoin de quelque chose ? Il tourne sur ses talons pour aller arrêter la musique. Il attrape la serviette pour éponger son visage. L’entraînement est terminé, apparemment.

_________________
   
“if I could have him like this in my dreams every night of my life, I'd stake my entire life on dreams and be done with the rest.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kai Flowers
go where you feel the most alive
avatar

Messages : 271

Feuille de personnage
Relationships:

MessageSujet: Re: from the top   Lun 21 Aoû - 16:10

C'est un garçon intrusif n'ayant aucune notion de l'espace vital. Il ne comprend pas le concept des bulles dans lesquelles on s'enferme, des cages que l'on s'impose pour ne pas être approché des autres. Son jardin secret est une jungle en expansion. Kai est un oiseau qui a besoin du ciel entier pour s'épanouir, d'espace pour chacun de ses mouvements, alors il lui arrive d'envahir celui des autres. Ce n'est pas pour nuire à leur liberté, pour restreindre leurs gestes, il n'aimerait priver personne de leur libre-arbitre comme il n'aimerait pas qu'on lui vole le sien. C'est par pure spontanéité qu'il met les pieds dans les territoires acquis par d'autres, qu'il franchit les limites tracées à la craie, qu'il escalade les murs de Berlin que l'on se construit pour s'isoler du reste du monde. Kai trouve toujours la brèche dans les dômes sous lesquels on se cache. C'est un envahisseur difficile à repousser. Et dans cette cage, il y a un fauve qui danse et qui s'arrête trop brusquement, alors que Kai le héron, continue, lui, de tournoyer devant le miroir. Une pirouette qui se termine dans une pointe qui tape le sol au même moment où la musique se stoppe net. Le torse se gonflant à la recherche de son souffle, Kai pose sur l'ermite un regard foudroyant, rempli de malice. Cette même malice se retrouve dans la commissure de ses lèvres, remontant un peu sur la droite en un demi-sourire mutin. Il passe une main dans ses boucles et pose l'autre sur sa hanche, retombant ensuite de ses pointes. Il ne porte pas de chaussures adaptées à la danse classique, mais des Gazelle bleu ciel, alors il ne peut pas tenir aussi longtemps qu'avec des chaussons. Je veux simplement danser. Il se retourne pour refaire face au miroir et enlève son sac pour le faire glisser à l'autre bout de la pièce. Ils ont fermé ma salle à cause d'une inondation ou je ne sais quoi, mais comme tu le vois, ça ne m'arrête pas. Il enlève ses chaussures et enfile les chaussons qu'il a toujours dans son sac. Et il est plutôt étonné qu'ils lui vont encore alors qu'il ne les a pas enfilé depuis des lustres. Leur couleur champagne ressort à peine sur sa peau métisse. Et toi, ce dont tu as besoin, c'est un petit boost de confiance. T'es trop dans ta tête, ça se voit. Pour faire ça, Il exécute un de ses pas avec finesse. Ou ça, Brio. Ou encore ça, Il s'impressionne lui-même de ne pas avoir tout perdu. T'as pas besoin d'une technique parfaite, simplement d'y croire assez pour le vendre. Il lui tend son poing, comme il le fait avec tout le monde, pour qu'ils se saluent en entrechoquant leurs jointures.  Je m'appelle Kai. Et toi c'est... Clemons c'est ça ? Je savais pas que tu dansais. 

_________________

|baby, i like your style

(abs for a while // sick
dsl si jmets 100 ans à rep)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clem Park

avatar

Messages : 224

Feuille de personnage
Relationships:

MessageSujet: Re: from the top   Lun 21 Aoû - 17:06

Une part de lui les envie. Ces oiseaux éclatants de couleurs qui étendent leurs ailes et éblouissent le ciel. Ces personnes qui entrent dans une pièce et dont le magnétisme capture tous les regards comme le nord agite les aiguilles des boussoles. Ces êtres qui bouillonnent d’une substance que Clem n’a jamais identifiée, et qu’il n’a jamais goûtée. Une part de lui les envie, les jalouse, parce que Clem aimerait exploser à son tour. Il aimerait crier au monde sa présence, jusqu’à en perdre sa voix, il aimerait leur montrer qu’il existe, que lui aussi, il bouillonne, il ne sait de quoi, mais il a cette énergie, concentrée là, dans ses tripes, cette force qui n’attend que de s’exprimer. Mais une part de lui les déteste, ces oiseaux de malheur. Par pur égoïsme. Parce que Clem sait qu’il ne sera jamais comme eux. Qu’il ne brillera jamais autant. Clem les déteste, parce qu’ils ont réussi à vaincre cet ennemi qu’il n’ose pas affronter : soi-même.
Kai l’a surpris. Cette situation est totalement inédite pour Clem. Jamais quelqu’un n’avait essayé de l’accompagner, et cette tentative échouée l’a plongé dans un état qu’il connaît que trop bien. Il a l’impression d’être un insecte pris dans une toile d’araignée. Complètement pris au piège par cette construction complexe mais magnifique. Il a l’impression d’être un claustrophobe emprisonné dans un ascenseur en difficulté. Il a besoin d’air. Il a besoin d’être seul. Mais Kai est un oiseau de malheur. Il est là. Il brille. Il irradie. Clem ne peut pas l’expliquer, mais il irradie. Il est bien plus petit que lui, mais Clem se sent inférieur. Paralysé. Il sait que fuir ne fera qu’attirer le regard de Kai sur lui. Il sait que fuir ne fera qu’attiser le jugement de Kai sur lui.
Il l’écoute, religieusement, comme un enfant devant un adulte pour qui tous les mots a une importance démesurée. Mais les mots de Kai sont tranchants, même s’ils n’ont pas été choisis pour l’être. Un petit boost de confiance. Un petit boost de confiance. Un petit boost de confiance. Il répète ces cinq mots dans sa tête, en boucle ; il sait qu’ils le hanteront jusqu’au petit matin, et au-delà. Il ne comprend pas ce que Kai veut de lui, en lui tendant le poing. Il ne voit même pas que c’est le poing, qu’il lui tend. Pendant une fraction de seconde, il crût que c’était sa main, que Kai lui proposait, pour l’entraîner dans un boléro ? Une valse ? Clem balaie cette vision, qui lui arrache un sourire aux coins, mimant sans en avoir l’intention celui de Kai.
- Euh … Ok. Il écoute la critique. La technique est la chose la plus importante pour lui. Il doit maîtriser tout ce qu’il fait, pour être sûr de ce qu’il fait. Il hausse les épaules, pour souligner qu’il entend bien ce que Kai lui dit, mais whatever, he doesn’t care. Son poing refermé, il répond à la salutation de son camarade. - Je commence seulement à tenter cette choré, donc … Il aime terminer ces phrases de ces façons. Il regarde Kai. Il ne peut être s’empêcher d’être fasciné par son visage. Une constellation d’étoile, du front au menton. Est-ce que quelqu’un les a déjà comptées ? Il sourit, légèrement, avant de se pencher et d’attraper son sac. - Clement, qu’il corrige. Il ne savait pas qu’il dansait ? Clem hausse les épaules. - Et bah, maintenant tu sais. Il le regarde. Il ne sait pas quoi penser. Kai Flowers est tout ce qu’il ne sera jamais. Populaire. Radieux. Drôle. Ensoleillé. Il n’a pas l’air mauvais. Mais Clem ne peut pas s’empêcher d’imaginer que les gens qui l’abordent ont les pires intentions. - J’espère que ta salle rouvrira rapidement. Qui peut se traduire en : 1) Une inondation, merde, j’espère qu’il n’y a pas trop de dégâts, que tu vas pouvoir retrouver tes repères, ça doit être dur pour toi, non ? Ou en 2) Je ne sais pas comment t’as trouvé ce studio mais si tu peux l’oublier demain, ce serait parfait. Il reste là, quelques secondes. Il a l’impression que ses membres sont toujours en train de danser. Qu’il les empêche de s’animer. Il est là, planté devant Kai, chaussons toujours aux pieds sans l’avoir remarqué, prêt à se tirer parce qu’il n’est pas assez confiant pour danser devant Kai. - A plus, qu’il lance, espérant que sa fuite soit aussi simple que ces deux mots.

_________________
   
“if I could have him like this in my dreams every night of my life, I'd stake my entire life on dreams and be done with the rest.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kai Flowers
go where you feel the most alive
avatar

Messages : 271

Feuille de personnage
Relationships:

MessageSujet: Re: from the top   Jeu 24 Aoû - 1:02

Il y a un sourire qui grandit encore sur son visage, ça y est. C'est un peu sa marque de fabrique. Kai a le sang chaud, il se contentera pas d'aboyer si on l'mord. C'est une bête sauvage dans le corps d'un ado et quand bien même il porte toujours ce sourire sur la bouche quand on le voit, bien peu sont ceux qui veulent le rencontrer quand il ne le porte pas. Il y a toujours deux cas de figures avec lui. Soit il s'est levé du bon pied et il restera solaire pour toute la journée, soit vous n'avez pas intérêt à le mettre de mauvaise humeur, parce qu'il suffit que vous le voyez se mordre la lèvre inférieure et battre trois fois des cils en vous regardant droit dans les yeux pour que son poing décolle et atterrisse en plein dans votre nez. S'il est cool avec tout le monde, c'est pour que tout le monde soit cool avec lui. Il a pas eu une enfance des plus sages et bon nombre de gamins se sont retrouvés avec lui à attendre leur tour dans le bureau du directeur pour se faire remonter les bretelles. Il ne compte plus le nombre de mioches qui se sont pris ses phalanges dans les dents, pour des broutilles comme voler des billes ou le pousser à la cour de récré. Il a toujours été choisi le dernier dans les équipes de Football parce qu'il était le gamin intenable et trop facilement irritable. Les médocs ont beaucoup aidé à calmer cette partie de lui, mais il y travaille encore. Personne au lycée n'a vraiment eu l'occasion de le voire en colère, mais avant qu'il n'y entre, c'était encore une vraie terreur. L'inscrire à autant d'activités, c'était aussi un moyen pour ses parents de lui permettre de dépenser toute son énergie autrement. Ça le fatiguait et à force, il état trop épuisé pour se mettre en colère (même si parfois, c'était pas gagné et le moteur, même usé, rugissait toujours comme neuf). C'est ne pas pouvoir bouger qui est devenu pour lui une réelle frustration. Alors le ton que prend le garçon hérisse encore un peu plus ses poils, mais tout va bien. Il garde ce sourire. Tout est sous contrôle et Clément (maintenant qu'il sait son nom) n'a pas l'air d'un gars bien méchant. Il est juste un peu abrupt, dans une situation qui le requiert presque. Après tout, c'est Kai qui s'est introduit dans cette salle où il dansait seul, c'est Kai qui s'est imposé. Clem n'a rien demandé, rien accepté. Alors Kai comprend, mais il ne risque pas de lâcher l'affaire sous prétexte que cette intrusion ne lui plaît pas. C'est pour ça, cet air sur le museau. Il est amusé et intrigué par cet autre gamin sur lequel il tombe. Les mains sur les hanches, il se retourne pour faire face au miroir. Clément n'est pas encore parti. Tu peux rester tu sais, j'vais pas te manger, Clément le danseur. Son reflet lui sourit. Puis, tu t'en sors bien. J'aime bien ce que j'ai vu. Et il est tôt, c'est les vacances, ce serait con que tu t'arrêtes là.

_________________

|baby, i like your style

(abs for a while // sick
dsl si jmets 100 ans à rep)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clem Park

avatar

Messages : 224

Feuille de personnage
Relationships:

MessageSujet: Re: from the top   Dim 27 Aoû - 8:53

Clem déteste ce genre de personne. Tout semble plus facile pour eux. Rire, sourire, chanter, danser, parler, évoluer, tout semble plus aisé. Tout semble plus naturel, comme l’oisillon qui décide qu’il est tant d’ouvrir ses ailes, comme la tortue qui décide de briser sa coquille et affronter les flots. Il déteste ces personnes pour qui tout est instinctif, et pour qui tout sourit. Il déteste le genre de personne que représente Kai. Le garçon populaire. Celui autour de qui on aime être, parce que Kai n’a qu’à ouvrir la bouche pour que les autres se mettent à rire. Parce que Kai n’a qu’à se mettre à chantonner pour que les autres commencent à applaudir. Ce genre de personne lui rappelle son père. Il se rappelle combien les gens étaient passionnés par son aura. Il se rappelle la façon qu’il avait de magnétiser les autres autour de lui. Il se rappelle, hommes et femmes, leur manière de lui sourire. Son père était une de ces personnes qui rayonne sans difficulté. Ces gens, Clem en est fasciné, et c’est peut-être la seule raison pour laquelle il les déteste. C’est la seule raison pour laquelle Clem fait glisser son sac le long de son bras. Il tombe à ses pieds. Ces personnes le fascinent, et il sait que c’est une mauvaise chose. Comment demander à la Lune de stopper sa course folle autour de la Terre ? Impossible. Tout comme il est impossible pour Clem de stopper sa fascination pour ces personnes plus talentueuses, plus populaires, plus belles que lui.
– J’aimerai bien que ça s’ébruite pas … « Clément le danseur ». Il lui sourit, tout comme son reflet lui sourit. Celui de Clem n’égale pas la grandeur de celui de Kai, non, celui de Clem est plus tiré, plus forcé. Encore fragile, encore méfiant. – Comment t’as trouvé cet endroit ? Il se dirige vers la barre, cette même barre où il s’échauffe depuis des années. Ce studio, c’est son domaine. Son monde. Kai, c’est un envahisseur, et à le regarder, il a l’âme d’un conquérant.

_________________
   
“if I could have him like this in my dreams every night of my life, I'd stake my entire life on dreams and be done with the rest.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: from the top   

Revenir en haut Aller en bas
 
from the top
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ALT ER LOVE :: WHENEVER, WHEREVER :: FLASH BACK :: été-
Sauter vers: