AccueilAccueil  BottinBottin  Pré-liensPré-liens  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
C'est enfin la rentrée !

Partagez
 

 you better hit me where it hurts (w/vee)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité



you better hit me where it hurts (w/vee) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: you better hit me where it hurts (w/vee)   you better hit me where it hurts (w/vee) - Page 2 EmptyLun 21 Aoû - 15:58

you better hit me where it hurts - arlequin & vee.
arlequin s'ouvre un peu face au visage angélique de vee qui cache pourtant une âme plus noire que son frêle corps laisse entendre. vee, elle prend ses paroles avec légèreté parce qu'elle n'a pas envie de se prendre la tête ce soir avec ce qui pourrait ou non se passer entre eux. eux, c'est un bien grand mot quand on voit tout ce qui les sépare. - c'est un avertissement ? qu'elle demande, la bouche en coeur, les traits innocents. mais elle le comprend, vee, parce qu'elle a dans son coeur cette forme de rancoeur qu'elle partage avec beaucoup, cette tendance aux non-retours. un pas de travers qui coûte une relation. vee, elle ne pardonne que très peu, n'oublie jamais. et il ne doit y avoir que jem qui parvient à posséder son pardon, encore et encore, quitte à en abuser parfois. parce que vee elle ne croit pas aux secondes chances. - et c'est peu de le dire ! une bombe, non, plusieurs sans doute. sourire démoniaque sur les lèvres, elle manque de lâcher un rire satanique pour entrer dans la peau du personnage, mais se contente d'arquer les sourcils dans un rictus presque naturel. et arlequin, il n'en manque pas une, il continue à trouver un moyen de retourner chacune de ses paroles contre elle et finalement ça lui plait bien à vee, ce petit manège. - qu'est-ce qui te fait croire que je n'ai pas accepté ton invitation simplement pour pouvoir te dépouiller ou poser une bombe comme tu le dis si bien ? et je ne savais pas que je me trouvais dans les bras du propriétaire, il me semblait plus que celui-ci me donnait simplement un cours d'escrime. et ce sourire satisfait qu'elle avait entrevu sur le visage d'arlequin vient se figé sur ses propres lèvres. vee, elle aime chercher la petite bête, avoir le dernier mot et cette querelle entre eux ne fait que nourrir son savoir faire. - j'me suis pas plaint, ça doit être ton sonotone qui déconne. arlequin il continue de l'appeler la mot alors que ça la met en rogne, alors vee, elle part à son tour dans des remarques concernant son âge avancé. et si elle aurait très bien pu l'appeler papy, elle préfère faire dans la subtilité féminine, les sous entendus peu discrets.
studieuse, elle l'est vee. pointilleuse aussi. elle n'est pas du genre à se laisser abattre et même si elle sait que ses chance sont mains, vee, elle ne baisse pas les bras. elle est de celle qui pense qu'il y a toujours un moyen de vaincre, de parvenir à ses fins et c'est cette foi, cette espérance éternelle qui font d'elle ce qu'elle est. et celle-ci se retrouve dans chacun des aspects de sa vie, autant sur le plan professionnel, relationnel que familial, surtout familial. vee, elle ne lâche pas l'affaire et se retrouve constamment à terre, écroulée sous les coups de sa déception. mais elle continue, se relève toujours, pour encore une fois se retrouver allongée sur le sol froid de sa chambre, les tourments de sa vie ulcérant ses tripes. - j'attends bien évidement que tu en fasses de même. vee, elle ne veut pas qu'il la prenne en pitié et qu'il se laisse faire. elle est d'ailleurs certaine qu'il ne la laissera pas le toucher aussi facilement. et elle se rend bien vite compte qu'il ne joue pas qu'à moitié puisque, à chacune de ses avancées, de ses attaques, arlequin part et touche. sous son casque, la chaleur lui monte aux joues et quelques perles de sueurs viennent s'écouler sur son front, barrant sa vue d'un voile humide. la main enroulée autour de son genou, vee guette, observe. et un sourire naît sur ses lèvres pleines quand arlequin mort à l'hameçon, encore. elle gémit, faussant une douleur imaginaire. et, quand il arrive à sa hauteur, vee se redresse, tend son arme et le touche sans une once d'hésitation. - c'est plutôt moi qui devrait te poser cette question. doucement, elle retire son casque, laisse ses cheveux retomber sur ses épaules alors qu'elle affiche une mine faussement désolée. c'est qu'elle est maligne la gamine. elle sait très bien que ce coup n'aurait pas été accepté en duel officiel. elle sait qu'il pourrait lui refuser sa surprise, mais elle aime à croire que de le surprendre de cette manière le poussera à valider son point. - alors cette récompense ? elle n'a pas vraiment gagné, vee, elle est consciente de sa triche, mais elle n'en démord pas. curieuse petite fille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



you better hit me where it hurts (w/vee) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: you better hit me where it hurts (w/vee)   you better hit me where it hurts (w/vee) - Page 2 EmptyMar 22 Aoû - 13:14

[let loose the storm, i'm not scared of your clouds.
wake up the monster that's trying to get out.
hit me where it hurts the most.
cause you'll get another go.
you better hit me where it hurts.
you better hit me where it hurts the most.]


Un avertissement ? Peut-être… Ce n’est pas nécessairement le mot qu’il aurait employé, mais d’une certaine manière il ne peut nier que cela y ressemble. Non, pas un avertissement. Peut-être une autre promesse, plutôt. Parce que Vee et Arlequin, ils ne sont tous les deux que passion, et l’anglais ne sait pas si en agissant ainsi, ils ne s’avancent pas tous les deux dans une relation illusoire. Qui se lassera le premier de l’autre ? Oui, Vee se consume de l’intérieur d’une certaine flamme ardente, elle le prouve encore et encore. Et même si c’est dit sur le ton de la conversation et de la plaisanterie, Arlequin se doute qu’il y a une part de vérité dans le fond de ses paroles. Il y a toujours une part de vérité. « Et tu me foutrais au chômage ? C’est pas une très bonne technique de séduction ça, Vénus. » Sauf que si Arlequin se retrouve au chômage, il aura toujours quelques milliards derrière lui pour réussir à s’en sortir. Non, le problème c’est qu’un être humain reste un être humain, et même si un acte de terrorisme contre les riches changerait puisque ce sont toujours les pauvres qui se font avoir, évidemment qu’il ne peut pas approuver ses paroles. « Je n’vois pas comment tu pourrais poser une bombe, puisque je ne compte pas te lâcher d’une semelle… Juste au cas où, tu ne m’as pas encore prouvé que je pouvais avoir confiance en toi. » Il sourit, sachant pertinemment ce qu’elle pense, et bien trop satisfait et arrogant de voir qu’elle a mordu à l’hameçon à pleines dents. « Allons Vénus, je parlais de notre position actuelle, je parlais pas de ce que tu aimerais bien. » Les mains légèrement sur ses hanches comme une caresse éphémère pour lui apprendre les mouvements, on peut effectivement dire qu’elle se retrouve plus ou moins dans ses bras. Loin d’être dans ses bras dans l’intimité d’une chambre et d’un lit. C’est encore bien différent.
Il roule des yeux, c’est vraiment une sale môme. En plus, il réfute. Il n’est pas si vieux que cela. Il est plus quadragénaire que quinquagénaire, et sérieusement, à ce stade, ça compte énormément. « Mon sonotone filtre tes conneries, c’est pour ça que j’entends pas grand chose de c’que tu m’dis. » Il ne manquerait plus qu’elle sous-entende qu’il prend une pilule bleue pour se booster, elle verrait bien s’il a vraiment besoin de viagra, le papy au sonotone. Il est sûr qu’il est bien plus endurant que tous les mecs qu’elle a connus. La pensée le ferait presque grogner.
C’est presque fou, comment Vee et Arlequin arrivent à passer du coq à l’âne. Ils se chamaillent, se cherchent, et pourtant ils arrivent quand même à rester concentrés sur l’escrime, chose normalement pour laquelle elle est venue l’embêter aujourd’hui. Sincèrement, il pensait que c’était juste une excuse pour le voir, mais il doit bien admettre qu’elle est très impliquée dans tout ce qu’il lui dit. Si seulement elle pouvait être aussi docile en permanence. Quoique non, cela enlèverait un peu de piment, tout ce dont il a besoin. Elle le met en garde, Vee. Elle le met en garde qu’il ne doit pas la traiter comme une môme, même s’il l’appelle comme ça, ou comme une princesse, ce qu’elle n’est absolument pas. Arlequin, il répond rien, mais il lui sourit avec de mettre son masque. Il lui sourit, parce qu’il sait très bien ce qu’elle veut, et il n’est plus que complaisant pour le lui offrir. Il lui prouve assez aisément qu’il ne lui donne pas de chance gratuite de victoire. Il contre toutes ses attaques avant de riposter avec une facilité experte. Ses gestes sont fluides, cependant il n’y va pas non plus à fond, Arlequin. Sinon, il n’y aurait aucun intérêt non plus. Néanmoins, pour lui le jeu s’arrêter, lorsqu’il voit Vee s’agenouiller brusquement. Il ne pense pas que ce soit quelque chose de bien grave, sûrement un claquage, mais il s’inquiète quand même, certainement un peu trop. Alors il ne réfléchit pas, il enlève son masque, et s’approche rapidement d’elle. Sincèrement, il ne s’attend pas une seule seconde à ce qu’elle se jette sur lui. Et pourtant, c’est ce qu’elle fait. Elle le touche, en plein sur le biceps gauche, et heureusement qu’il n’a pas enlevé la coquille au bout du fleuret, sinon elle l’aurait probablement transpercé, puisqu’il a eu la mauvaise idée de ne pas enfiler de cuirasse. Cependant, elle a quand même réussi à le couper, et instantanément il cacha sa blessure – une vraie – de son autre main. Il lui sourit. « Ce n’est pas très conventionnel, et au fleuret tu n’es censé que toucher la zone du torse. » Il l’observe quelques instants, toujours son petit sourire planant sur les lèvres. Puis il secoue la tête légèrement, comme s’il rendait les armes. « D’accord, ta récompense. J’ai fait du tiramisu au nutella ce matin, t’en veux ? » Probablement qu’elle ne s’attendait pas à une surprise de ce genre, mais Arlequin est fin cuisinier, et il aime déambuler dans la cuisine lorsqu’il n’a rien à faire. Alors s’il peut partager un bon dessert avec quelqu’un d’autre, c’est encore mieux. De plus, faire du sport ça donne faim, et bordel c’est important de se remplir la panse. « Change-toi, et rejoins-moi dans la cuisine. » Lui-même dépose son fleuret et son masque, mais n’enlève pas sa veste d’escrime ou ne l’attend pas avant de sortir de la salle et de descendre les escaliers qui conduisent à la grande cuisine, toujours la main sur son bras. Il enlève alors sa veste, se retrouvant ainsi torse-nu, les gouttes de sueur humidifiant ses cheveux argentés et tombant sur son visage et ses épaules, il chope un désinfectant et une compresse, parce que merde ça saigne un peu quand même.
Revenir en haut Aller en bas
 
you better hit me where it hurts (w/vee)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Paris et pronostic 2011
» « Please don't cry, It hurts me » [PV Hikari R.]
» love hurts: it causes anger, jealousy and obsession. ✰ JINHEE
» ••• it hurts when you're away ; Tia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ALT ER LOVE :: WHENEVER, WHEREVER :: FLASH BACK :: été-
Sauter vers: