AccueilAccueil  BottinBottin  Pré-liensPré-liens  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
C'est enfin la rentrée !

Partagez | 
 

 (luscar) blue is the warmest color.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Scar Byers
he dreamed of paradise. ☼
avatar

Messages : 60

Feuille de personnage
Relationships:

MessageSujet: (luscar) blue is the warmest color.   Lun 14 Aoû - 0:36



(luscar)
blue is the warmest color.

L’été s’était évanoui le temps d’un soupir. Scar avait passé le sien dans l’eau, mais contrairement à la plupart des vacanciers du dimanche, c’était celle pleine de chlore de la piscine. Vacances était aussi synonyme de corvée pour lui, parce que qui disait plus de temps libre, disait plus de boulot et de temps à la maison. Ses relations avec son beau-père étaient restées au même stade que dix ans plus tôt, mais les gens avaient perdu l’habitude de le questionner sur ses bleus tant il avait pris la sienne de répondre avec un naturel déconcertant. Il n’aimait pas se plaindre et ne cherchait pas à le faire. Mike était un con, abruti par la télévision et la graisse qui lui montait jusqu’au cou et il savait que ce serait le dernier été qu’il aurait à passer avec cet odieux personnage. En entendant, fidèle à lui même, lorsqu’il trouvait le temps d’échapper à ses lourdes heures de travail, il s’entraînait. D’ici la fin de l’année, il comptait bien atteindre le niveau suffisant pour postuler dans l’équipe nationale et il ne tolérerait aucun refus. Sebastian Dyers, gosse paumé devenu athlète reconnu, il n’osait y penser tant il en frissonnait d’avance.



Mais ce jour là, c’était une silhouette qu’il guettait et il l’aurait reconnue entre mille parmi les corps quasi exclusivement masculins qui se pressaient autour du bassin. Absente depuis quelques mois, il doutait sincèrement de l’apercevoir aujourd’hui, mais il conservait cet espoir infirme. Bien sûr, il aurait sans doute pu lui rendre directement visite, après tout, ils avaient plus d’une fois fait la route ensemble. Et lorsque l’hiver avait menacé leurs corps trempés par l’eau parfaitement tempérée du bassin, il se souvenait sans mal de leurs traversées de la ville en scooter. Il aurait sans doute pu chavirer un peu pour la belle, dont le naturel et leur passion commune avait eu tendance à le toucher plus que de raison, lui qui s’éloignait toujours de tout le monde, mais ce genre de choses là ne se disent pas chez Scar, ce genre de choses là n’a rien de naturel pour lui.

Mais elle avait disparu, aussi vite qu’elle avait pu apparaître, telle une ombre déjà oubliée. Pour tous peut-être, sauf pour lui. Ils étaient bien beaux, avec leur naturel déconcertant, eux qui avaient passé le début de l’été à parler d’elle. Scar n’était pas de ceux qui perpétuent les potins. Il parlait déjà peu lorsqu’il s’agissait de faire la conversation, comment pourrait-il aimer le faire au sujet de ses choses futiles et nocives ? Mais il n’avait pas pu échapper aux rumeurs concernant la jolie Luka et sa triste tentative de suicide. Et lui n’était pas allé la voir. Comment avait-il pu ? Il fallait dire surtout qu’il n’avait pas trop su quoi faire. Luka et ses grands cils noirs, ses petits frissons en sortant à l’air libre et ses bras musclés par la nage. Et lui n’avait rien fait.

C’est elle qui s’installa près de lui. Bientôt leurs jambes se frôlaient presque lorsqu’elles furent plongées dans le bassin, assis sur le bord. Il tourna la tête vers elle, arrondissant les yeux comme si c’était la première fois qu’il la voyait. C’était peut-être la première fois qu’il la voyait, comme ça. « Oh, c’est toi. » Fit-il doucement de sa voix rauque trop rare, inspirant un peu. « Je commençais à me demander si tu finiras par revenir. » Il releva ses yeux noirs vers les siens, pas plus clairs. « Est-ce que tu es vraiment de retour ? » Une Luka souriante qui cherchait à se tuer, c’était aussi terrible qu’une nageuse manquant de se noyer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luka Warren
☾ flirting with the night
avatar

Messages : 151

Feuille de personnage
Relationships:

MessageSujet: Re: (luscar) blue is the warmest color.   Lun 14 Aoû - 22:49



scar&luka
blue is the warmest color.
♫♫♫

Tes pieds frôlent le sol carrelé de la piscine. Tu retrouves cette sensation douce de l'eau sur ta peau. C'est sûrement ce que tu regrettais le plus de quitter. Cette caresse fébrile. Tu repenses peu à cette soirée d'adieux. Entourée d'inconnus en majorité, tu avais voulu t'effacer dans un anonymat simulé. Les infrabasses tes bouffaient les tympans, les gens te bousculaient. Invisible. Les pillules dans la poches. Passeport pour le noir complet. C'était d'une facilité enfantine. Une chose à portée de gamin. Mais on redoute la fin parce qu'il y a toujours un quelque chose qui nous retient. Toi il n'y en avait plus ce soir là. Ce quelque chose qui fait que ton air passe encore dans tes bronches. Peut-être qu'en te réveillant des raisons tangibles sont revenues. Mais cette nuit là il y avait le vide qui flirtait avec ton esprit. La honte dans le blancs des yeux, tu regardes plus beaucoup les gens autour de toi. Parce que dans ton malheur tu n'as même pas su faire ça correctement. Tu dois affronter le dur jugement d'inconnus trop cons pour se dire qu'il y a peut-être quelque chose à comprendre.

Le retour vers la lumière ça brise presque plus que le départ vers le noir. Tu te retrouves face à ces "quelques choses" qui te faisaient respirer avant. Dans ces raisons de vivre, il y a ta piscine et il y a Scar. Ton copain poisson. Deux mois que tu comates dans le sas de la vie. Tu n'avais donné aucun signe de retour. Et les bassins se faisait loin dans ton esprit. Tu es redevenue l'enfant qui réapprend à marcher. Le revoir te fait presque mal. Tu te rappelles de tout, vos virées après les entraînements, vos encouragements aux dessus des cris de la foule. Tu marches doucement, dans un suspens qui ne te va pas du tout. Mais c'est surtout parce que ton corps fatigué ne suit plus très bien. C'est passager, c'est psychologique. Aujourd'hui tu tremperas sûrement tes pieds, tu aimerais sauter, plonger dans cette mer d'huile. Faire des longueurs jusqu'à sentir tes muscles t'abandonner un petit peu. Tu n'as plus la force de rien, de te dire qu'il va falloir avancer. Que demain sera encore pire qu'aujourd'hui. Parce que depuis ton réveil ça monte crescendo. Tu ne voulais pas de toute cette agitation humaine. Il faudra retouner s'asseoir sur les bancs de l'amphithéâtre. Cette perspective te donne presque envie de vomir. Mais avant tout ça il y a Scar.

Tu veux revoir cette silhouette, tu veux entendre un peu sa voix. Celles des infirmières étaient durs et pleine d'animosité. Toi, tu veux du tendre, tu veux un regard qui te dira que tout ira bien. Et pour l'instant tu ne l'as pas trouvé. Ton père te regarde à peine. Orpheline par désistement. Il n'y plus de mot famille qui tienne. Un vide qui vous lie, qui vous tire au fond du gouffre, lentement. Tu t'avances vers ce brun tant connu, ton maillot de bain enveloppant tes côtes fragiles. Tu t'assois à ces côtés, tes jambes enfin dans l'eau près des siennes. Tu les sentirais presque te frôler. Tu divagues parfois. Tu te perdais autrefois dans son regard. Par un raccourci sentimental adolescent. Ce n'était pourtant pas si absurde que ça. Mais il y a des choses qui ne se disent pas. Tu sens son regard sur toi. Tu es fragile. Lulu elle est toute cassée. Toi aussi tu te demandais si tu reviendrais un jour. Si celle qui voulait le sourire sur tous les visages referait surface. Tu l'as perdue dans tes tiroirs mal rangés. Idiote. Tu avais oublié ses yeux noirs, son regard d'enfant dans un corps d'adulte. Tu devinerais presque l'enfant qu'il était en lisant dans ses iris. "Oui je crois." Tu souris, garant des tes paroles floues. Oui tu es de retour mais tu doutes encore de ta date d'expiration. Ton coeur se réchauffe, tu te sentirais presque bien dans ce corps mal en point. "Je suis désolé Scar." Tu as la voix fébrile d'une petite fille au bord des larmes. Ta tête sur son épaule, tu laisses tes cheveux charbons s'évader un peu dans son dos. Tu ne sais même plus de quoi tu t'excuses. D'avoir voulu mourir? Est-ce qu'on pardonne ce genre de chose? Est-ce qu'on s'excuse d'avoir voulu la nuit pour toujours?

_________________


Dernière édition par Luka Warren le Mer 23 Aoû - 18:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scar Byers
he dreamed of paradise. ☼
avatar

Messages : 60

Feuille de personnage
Relationships:

MessageSujet: Re: (luscar) blue is the warmest color.   Lun 21 Aoû - 1:38



(luscar)
blue is the warmest color.

Il lui semblait apercevoir la silhouette imaginaire d’un fantôme, venant se glisser à coté de lui. L’été entier avait suffit à les éloigner et les transformer en deux inconnus un peu maladroits. Il aurait pourtant reconnu son teint de porcelaine entre mille, ses cheveux à la couleur aile de corbeau, l’irrésistible profondeur de son regard. Il lui avait semblé si facile autrefois que de se glisser près d’elle pour lui murmurer une petite pique qui suffirait à faire s’illuminer ses yeux, à renouer le contact. Il y avait de ces personnages un peu étranges que l’on ose croiser chaque jour sans jamais imaginer toute la noirceur cachée derrière leurs superbes sourires. Le monde était pour Scar une entité, un grand tableau de sourire où tout le monde s’effaçait derrière les couches de peinture, sublimait son visage d’une émotion positive. C’était mal vu que d’être triste en pleine rue. Quitte à l’être autant fermer son visage à toute émotion, se transformer en grande palissade vivante, filtrant toute esquisse. Alors, même ce que l’on a pu toujours connaître peut toujours nous surprendre, se dévoiler comme un rideau qui tombe, surprendre un peu nos coeurs écorchés par la déception du monde réel. Ça Scar l’avait toujours su, mesuré, analysé. Pourtant il y avait quelque chose qui continuait de lui serrer le coeur dans le regard de ce qui lui semblait être une vieille amie et dont il n’avait pourtant été séparé que pendant deux mois C’était découvrir une faille derrière la beauté de Luka Warren, comme s’il avait pu recevoir un éclat de ce qui s’était brisé.



Alors il lui demanda si elle restait, si elle risquait encore de disparaître ou s’il pouvait prendre le risque que de l’écouter encore. Si la honte ne durerait qu’un instant ou si toujours, il reverrait dans ses pupilles brunes, le reflet de sa propre inefficacité. Sebastian le grand philosophe avait échoué. Plus averti sur le monde que n’importe qui, il n’avait pas été capable de la sauver. Il ignorait qui avait pu le faire, au fond, il ne savait ironiquement pas grand chose de cette histoire. Il n’était même pas sûr qu’il en serait d’avantage un jour. Ce n’était plus un secret pour personne et pourtant tout le monde détournait les yeux lorsqu’il s’agissait d’en parler, en plus Scar, il ne parlait pas beaucoup. « Tant mieux. » Fit-il simplement, parce que c’était vraiment mieux si elle était là, qu’il n’aurait pas pu choisir un terme plus correct. Lui n’aimait pas vraiment les gens. Il avait toujours eu du mal à s’attacher aux autres. Pas que le monde fut aussi pourri qu’il aimait bien le dire finalement, mais qu’il avait sûrement tord lui aussi que de ne toujours faire vingt pas en arrière lorsqu’on cherchait à l’approcher. Il avait des manières de bêtes sauvages. Il faisait l’intellectuel alors qu’il n’avait pas de véritable logique. Scar au fond, il était surtout paumé.



Elle s’était glissée à coté de lui le temps d’un simple soupir et il n’avait même pas sursauté. Comme au bon vieux temps, ils étaient là, l’un à coté de l’autre, admirant la fausse écume de l’eau qui leur faisait plutôt l’effet d’un miroir. Lentement, il glisse une de ses mains dans ses cheveux alors que son odeur enveloppe ses narines. Elle a toujours senti bon Luka, c’était sans doute une des raisons pour lesquelles il l’avait si facilement aimé. Ses doigts se glissèrent tout contre son épaisse chevelure ébène tandis que les mots s’évanouissaient au gré de l’eau. « Je t’en prie, ne t’excuse pas. » Souffla-t-il en contemplant toujours l’étrange reflet qui se dressait devant eux, jurant apercevoir des larmes dans le frêle miroitement de Luka. « C’est moi qui suis désolé Luka, c’est moi qui n’ai pas été là. » Il savait pourquoi il avait soudainement mal, c’était plus que la honte, c’était une sorte de colère envers lui même. Lentement, il ferma les yeux en passant son bras sur les épaules de la jeune femme pour la serrer doucement contre lui. « C’est moi qui n’ai rien vu. » Et pour ça il s’en voulait. Rimbaud disait : le poète doit être voyant ; lui, il avait été aveugle.

_________________

( 'flying through a bright blue sky, a space boy high from the world i leave behind. it's enough to lose my head, disappear and not be seen again. when I fall to my feet, wearin' my heart on my sleeve, all i see just don't make sense. )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luka Warren
☾ flirting with the night
avatar

Messages : 151

Feuille de personnage
Relationships:

MessageSujet: Re: (luscar) blue is the warmest color.   Mer 23 Aoû - 19:22



scar&luka
blue is the warmest color.
♫♫♫

Tu as perdu la notion du temps. Il n'y a plus de semaines dans ton esprit, ni de jours d'ailleurs. Un long fil seulement qui te raccroche au monde réel. Sur le chemin de la vie tu as perdu trop de choses. Des sourires, des envies. Et tu as cassé trop de monde, ta petite existence se révélant être une bombe coriace qui empoisonne les coeurs. Toi tu voulais juste partir, pouvoir enfin te balader dans ces contrées célestes. On ne pense pas aux conséquences quand le billet stipule allé simple. Alors quand on revient parce que le train a été annulé, faut réparer le désastre. Faut réparer son père qui ne voit plus le bout de ce tunnel sans fin. Faut réparer la vie de ces inconnus qui voulait simplement boire, danser et passer une bonne soirée. Faut réparer le coeur de ceux à qui on tenait trop. Ceux que tu as oubliés sur le quai de la gare. Tu le vois au bord de cette piscine et c'est comme s'il avait toujours été là. Comme si hier n'avait pas ce goût de médicaments et d'hôpital. Mais il est de l'autre côté du miroir. Tu as plongé trop vite. Tu l'as laissé derrière, alors mainteannt tu nages, tu te brûles les poumons juste pour espérer encore toucher ses doigts. Noyée à côte de lui, il y a ses mots qui te ramènent un peu près de lui comme une main au bord du rivage. Ses mots à Scar, tu les collectionnes. Il en dit si peu, qu'un rien vous suffit pour vous comprendre. Un langage d'enfants des eaux claires.

Comment avais-tu pu renier tout ça? Tu avais eu ce moment d'aveuglement, ce flou dans tes yeux, l'espace d'un instant. Tu en avais oublié Scar et sa carrure rassurante au bord du bassin. Tu avais oublié quel goût avait la vie quand l'eau te lèche les pieds. Dans ses brefs paroles tu espérais retrouver un peu cette flamme éteinte. Tu aurais aimé avoir quelqu'un qui te dise, tant mieux, à ton réveil. Tant mieux, Lulu tu es là. Mais il y avait ces yeux curieux, ces regards furieux. Les hommes ne parlent pas le même langage de la douleur. Y en a qui crient avec le coeur, d'autres avec les mots plus simplement, toi tu as crié dans un soupir, dans une énième respiration. Dans une logique presque évidente, ce cri rédempteur aurait dû effacer toute ta douleur, il aurait dû gommer tes traits marqués par les nuits sans sommeil de ton visage. Lulu est-ce que ça fait encore mal de vivre?

Ça fait moins mal à côté de Scar. Il te rappelle la vie dans ses bons moments, il te rappelle l'attente sur le plongeoir, le suspens dans les tribunes. Ce brin d'adrénaline tenace qui irrigait ton coeur autrefois. Une main te berce. Tout ira bien Lulu. Ses mots glissent doucement, tu les attrapes du bout des doigts, tu les écoutes. Tu étais un peu sourde à l'hôpital, tu n'écoutais plus trop les infirmières, ni les médecins d'ailleurs. Ils voulaient te prouver à quel point tu avais eu tord alors qu'il fallait simplement te tendre la main quand tu étais affalée sur le trottoir. Est-ce que lui aurait pu faire quelque chose? Tu aurais aimé. Parce que visiblement toi tu en étais incapable. Mais tu étais aussi incapable de montrer ta résignation, tu avais ce putain de sourire ancré sur les lèvres, une heureuse imaginaire. Toi non plus tu n'as rien vu d'ailleurs, c'est tombé ce soir-là, ça aurait pu être la semaine d'avant, ou l'heure d'après. Ça implose d'un coup dans ton coeur, plus de voyants allumés sur le tableau de bord. Un bras sur ton épaule. Lulu, respires encore! Un bras autour de sa taille. Lulu, s'il te plait, gardes tes larmes salées pour plus tard. Tu es revenue pour dire que tout allait bien, que tout allait mieux, en théorie, pas que ça se bouscule encore au troisième étage! Y a un long silence qui vous enveloppe, lui aussi il veut participer à l'étreinte, lui aussi il veut se réchauffer près de vos coeurs. "Je vais revenir." Tu veux que cette parenthèse hors des normes émotionelles prenne fin, tu veux retrouver un semblant de normalité. Tu veux. "Nager" Tes pieds qui se balancent un peu, s'assurant que l'eau est toujours là. Et tu penses dans ce deuxième silence moins lourd, moins oppresant. Le remède contre ta douleur c'est peut-être pas une substance abstraite, c'est peut-être pas un long sommeil. C'est peut-être Scar Byers au bord du bassin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (luscar) blue is the warmest color.   

Revenir en haut Aller en bas
 
(luscar) blue is the warmest color.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ALT ER LOVE :: WHENEVER, WHEREVER :: FLASH BACK :: été-
Sauter vers: