AccueilAccueil  BottinBottin  Pré-liensPré-liens  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
C'est enfin la rentrée !

Partagez
 

 When we're young, we're the ones, we're the kings and queens (Izzie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sophie Rockefeller

Sophie Rockefeller

Messages : 124

Feuille de personnage
Relationships:

When we're young, we're the ones, we're the kings and queens (Izzie) Empty
MessageSujet: When we're young, we're the ones, we're the kings and queens (Izzie)   When we're young, we're the ones, we're the kings and queens (Izzie) EmptyDim 13 Aoû - 23:13


We've taken different paths and traveled different roads
I know we'll always end up on the same one when we're old


C’était la fin de l’été, elle devait certainement être la dernière à venir arpenter les couloirs de la belle, la grande, l’imposante St. Henri. Après tout, les élèves avaient plutôt tendance à fuir les couloirs du lycée, lorsque sonnait le glas des vacances d’été, pas vrai ? Entre St. Tropez et les îles Fidji, entre la villa de grand-maman à Capri ou celle de bon-papa à Rhodes, on avait de toute façon pas véritablement le temps de se pointer entre les murs de l’école. Sauf quand il était temps de rendre ce fichu papier concernant les activités qu’on comptait faire en parallèle du cursus ordinaire, histoire que l’horaire soit rendu à temps et que les petits gosses de riches n’aillent pas se plaindre à papa et maman. Quand sa voiture privée s’arrêta pile devant l’entrée de l’école, le chauffeur se tourna dans sa direction. « Je suis vraiment navré Mademoiselle, j’ai eu une journée chargée et je… » Sophie fronça délicatement les sourcils, tandis qu’Albert se fondait en excuses, plus ridicules les unes que les autres. C’est pourtant un sourire tolérant qu’elle lui adressa, avant d’être un peu plus ferme. « Venez-en au fait, Albert. » Il soupira.

Mauvais signe.

C’était toujours mauvais signe quand Albert soupirait.

Il n’avait même plus besoin d’ouvrir la bouche, elle avait déjà deviné.

« Votre père m’a fait savoir qu’il ne sera pas disponible pour votre soirée-restaurent d'aujourd'hui. »

Ça c’était de la surprise, tout de même. Après tout ce n’était que la troisième fois qu’il reportait leur rendez-vous ce mois-ci.

« Je sui désoje n’ai pas besoin de votre pitié. » Et elle claque la porte. Quel abruti. Elle le ferait virer. Motif ? Prise en pitié inutile. Elle ressortit du quartier administratif une dizaine de minutes plus tard, alors que Charlie y entrait. Oh, damn. Ils restèrent une dizaine de secondes sans bouger, à se fixer comme de parfaits inconnus (ou abrutis, tout dépendant de la perspective), puis il la salua en passant une main dans ses cheveux, l’air gêné (et son cœur manqua de sortir de sa poitrine) et elle roula des yeux, avant de quitter le bâtiment. Assise sur un banc, la sœur de Charlie attendait. Elle croisa son regard et sourit, maudissant intérieurement son karma : lui faire croiser le chemin de non pas un, mais deux Vanderblit, vraiment ? « Salut Izzie. Je.. Viens de croiser Charlie. » Elle désigna l’intérieur du bâtiment d’un bref geste de la tête. Bien entendu, ils étaient venus ensemble. « Vous avez passé de bonnes vacances ? » C’est qu’ils ne s’étaient pas beaucoup croisés, alors qu’ils avaient coutume de passer leurs étés ensemble.

made by roller coaster

_________________

It's gonna be alright
You're a rich girl, and you've gone too far, cause you know it don't matter anyway, you can rely on the old man's money. It's a bitch girl but it's gone too far, cause you know it don't matter anyway. Say money but it won't get you too far. ~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



When we're young, we're the ones, we're the kings and queens (Izzie) Empty
MessageSujet: Re: When we're young, we're the ones, we're the kings and queens (Izzie)   When we're young, we're the ones, we're the kings and queens (Izzie) EmptyMar 15 Aoû - 12:00


We've taken different paths and traveled different roads
I know we'll always end up on the same one when we're old

La fin des vacances approchait, tout comme la reprise des cours, ce qui ne manquait pas d'agacer Izzie. Cette dernière aurait voulu profiter de cet été encore plus, et de continuer à voyager. Avec ses amis, Iz avait voyagé dans de nombreuses villes comme Ibiza, Cannes, Marbella, et même Cancun, de quoi bien faire la fête, mais aussi des villes plus «calme» comme en Sardaigne où elle possédait une maison de vacances ou bien St Barth. Izzie appréciait les vacances tout simplement parce qu'elle pouvait être elle-même. Pas besoin de perfection, pas besoin de porter de masque, la rouquine était juste elle-même, sans aucune pression familiale. Juste elle. Et ça plaisait à Izzie, mais ça ne durait jamais, elle le savait. C'était éphémère, une pause dans sa comédie, comme un entracte. Et dorénavant, c'est terminé. Retour à la réalité, retour à son quotidien. La Vanderblit secoua légèrement la tête et démarra à nouveau après que les piétons soient passés. Izzie accompagnait Charlie pour ramener un dernier papier à St Henri, s'étant porté volontaire pour l'emmener. Ils arrivèrent enfin, et Charlie resta figer quelques secondes, à fixer une personne avec des yeux de merlans frits. Les sourcils de la Vanderblit se froncèrent, puis quelques secondes plus tard, Iz comprenait le raison.
Oh shit.
Sophie se tenait devant elle, gênée. Et encore heureux qu'elle l'était. Izzie la fusilla du regard, alors qu'elle la saluait et lui disait qu'elle avait croisé Charlie. La rouquine la jauge du regard, laissant transparaître une mine détachée. Sophie l'avait blessé, celle qu'elle considérait comme une petite sœur l'avait laissé tombé. La brunette s'était murée dans le silence, s'éloignant pas à pas des Vanderblit, comme si elle oubliait tous les moments qu'elles avaient passés ensembles, sans aucune raison apparente. Et si l'ignorance de Sophie s'étendait uniquement à Izzie, ça lui serait égale. Certes, elle serait blessée, profondément, mais le fait qu'elle évite Charlie, qu'elle blesse son frère, Iz ne pouvait pas le supporter. Et Dieu sait que la rouquine peut se montrer impitoyable quand cela touche son petit frère, peu importe qui c'était. Même si c'était Sophie, une fille qu'elle considère, ou considérait peut-être ?, comme la famille. D'ailleurs, la Rockefeller lui demande si elle a passé de bonnes vacances, et Izzie ne peut s'empêcher d'hausser un sourcil, et son regard de se teinter d'incompréhension. Parce qu'elle s'en souciait ? C'était le summum de l'hypocrisie. Un rictus moqueur prend place sur le visage de la jeune femme alors qu'elle brise le silence, bizarre et gênant. « Tu t'en soucies maintenant, Sophie ? » lance Izzie, elle est calme, Iz. Sûrement le calme avant la tempête certains diraient. «  Parce que ce n'est pas l'impression que j'ai eu. Je ne pense pas avoir reçu un appel de ta part, ou même que t'ai répondu à mes messages. Ni même ceux de Charlie, non ? » fit la belle en prétendant réfléchir. D'habitude, la famille Vanderblit et Rockefeller passaient une partie des vacances ensembles, jusqu'à cette année. «  Je peux comprendre que t'ai envie de passer tes vacances avec tes amis, excepté avec Charlie, apparemment. Sauf que normalement, on n'oublie pas ceux qui t'ont soutenu depuis toujours. Mais bon, je suppose que c'est comme ça que ça marche avec toi maintenant, on profite puis on oublie. » Un sourire aux lèvres, faisant comme si elle parlait d'un sujet banale, Izzie veut lui montrer que ça ne l'atteint pas, ou du moins, lui faire croire. Elle voulait banaliser cette relation qui était si importante à ses yeux, la rendre minime. Sophie, en s'éloignant doucement, a fait ressortir les peurs d'Iz. De ne pas être assez bien, pas assez bien pour ses parents, pour ses amis, pour personne. Elle préfère se cacher, et exercer son art de lancer une pique tout en souriant. C'est décidé, elle revêt cette personnalité froide comme une armure, car pour connaître Sophie, Izzie sait très bien qu'elle ne va pas se laisser faire. Aucune des deux, en fait.

Revenir en haut Aller en bas
Sophie Rockefeller

Sophie Rockefeller

Messages : 124

Feuille de personnage
Relationships:

When we're young, we're the ones, we're the kings and queens (Izzie) Empty
MessageSujet: Re: When we're young, we're the ones, we're the kings and queens (Izzie)   When we're young, we're the ones, we're the kings and queens (Izzie) EmptyMer 16 Aoû - 22:32


We've taken different paths and traveled different roads
I know we'll always end up on the same one when we're old


Sophie a l’impression de se prendre une première claque quand Izzie pose sur elle ce regard qu’elle ne réserve qu’aux ennemis. Qu’à ceux ayant fauté, qui ne trouvent guère grâce à ses yeux. Elle ne sait pas pourquoi ça lui procure ce genre de sensation, pour peu, elle pourrait jurer avoir ressenti le picotement distinct provoqué par une véritable gifle. L’espace de quelques instants, elle a l’impression qu’elle va se dégonfler – c’est qu’elle est impressionnante, Izzie, avec ses grands airs et surtout ce port altier qu’elle a toujours admiré, depuis aussi longtemps qu’elle s’en souvienne. Bref, son regard, c’est quelque chose : mais ses mots sont pires ; aussi aiguisés que les lames d’un couteau. Sa réponse, c’est une nouvelle claque – mais peut-elle s’en plaindre ? Elle l’a cherché. Sophie, c’est peut-être la pire hypocrite du coin, mais elle n’est pas du genre à se leurrer, alors elle hausse doucement les épaules en reprenant petit à petit contenance.

Elle reste muette, le temps de réfléchir, aussi. De chasser cette boule qu’elle a dans le ventre, cette sécheresse douloureuse qu’abrite sa gorge.

« J’ai été très occupée. » Comme si ça justifiait tout. Parce qu’elle se rabaisse à ça, maintenant Sophie ? Trouver des excuses bidon, qui ne tiennent même pas la route ? Elle a l’impression d’entendre son père – peut-être que son frère à raison, dans le fond : elle lui ressemble bien plus qu’elle ne souhaite l’admettre. Il lui dirait d’ailleurs, avec un petit rictus supérieur, qu’elle n’a pas à se justifier et que se laisser déstabiliser, comme c’est actuellement le cas, relève du pathétisme. Elle peut l’entendre lui demander, sans qu’il ne soit physiquement là : " es-tu pathétique, Sophie ? " " Non papa, je ne le suis pas. " Ou alors elle l’est, mais ne veut pas l’avouer.

Pourtant, quand Charlie revient au tapis, elle ne peut s’empêcher de détourner les yeux. S’il y en a bien un des deux que son père exècre ces derniers temps, c’est lui. Et Sophie elle ne comprend pas, parce qu’à ses yeux, Izzie représente une menace bien plus grande. Non ? C’est elle, l’ambitieuse des Vanderblit. C’est elle l’enfant prodigue, celle qui pourrait un jour lui potentiellement lui voler la place de chef du Conseil qu’elle envie depuis des années ; parce qu’elle a déjà planifié son futur et qu’elle a peur que la rouquine se mette en travers. Mais Charles… Charles c’est différent. « Je ne vois pas où est le problème », finit-elle par rétorquer en arquant un sourcil. « J’ai été très occupée, je te le répète. Entre Capri, St Barth, Londres et le bureau où j’ai travaillé pour papa, j’ai oublié de vous rappeler. » Elle hausse à nouveau les épaules et croise les bras. Elle a reculé d’un pas, cette fois-ci, sur la défensive. « Je pensais vous y voir, justement », continue-t-elle. Elle relève le menton et dévisage Izzie quelques instants avant d’ajouter : « je pensais que vous vous impliqueriez plus, que c’était aussi important pour nous que pour vous. » Elle ne devrait pas parler de l’entreprise parentale, elle sait que ce sujet suscite en elle une colère qu’elle n’avait encore jamais expérimentée. Une colère envers les enfants Vanderbilt.


made by roller coaster

_________________

It's gonna be alright
You're a rich girl, and you've gone too far, cause you know it don't matter anyway, you can rely on the old man's money. It's a bitch girl but it's gone too far, cause you know it don't matter anyway. Say money but it won't get you too far. ~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




When we're young, we're the ones, we're the kings and queens (Izzie) Empty
MessageSujet: Re: When we're young, we're the ones, we're the kings and queens (Izzie)   When we're young, we're the ones, we're the kings and queens (Izzie) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
When we're young, we're the ones, we're the kings and queens (Izzie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Emily Young, Le secret de Miss Mole
» INDIANA JONES ET LA DERNIERE CROISADE - Young Indiana Jones - (RAH 426)
» [Young, Alexa] Meilleures ennemies - Tome 1
» Elisabeth YOUNG - Petites embrouilles et pieux mensonges
» W.I.P. Buste Ramses II Young Miniatures

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ALT ER LOVE :: WHENEVER, WHEREVER :: FLASH BACK :: été-
Sauter vers: